Italie: le parc national des Abbruzes.
Un exemple difficile d'harmonie entre l'homme, le loup et l'ours
Retour galerie
Le cerf

Après avoir totalement disparu des Abruzzes,
le cerf a été réintroduit avec succès dans le parc.
Ses effectifs sont évalués à 800 individus environ.
Ce cerf est légèrement plus grand que celui que nous avons en France.
Il s'agit du cerf Hypoélaphe, une sous-espèce du cerf élaphe
présente sur une grande partie d'Europe centrale.

Avec le chamois des Abruzzes, qui est en réalité une variété de l'isard pyrénéen,
et le chevreuil,
ce sont environ 2500 ongulés, sans compter les sangliers,
qui peuplent le parc national.



Au lever du jour,
un cerf passe devant nous

Ce cerf
a malheureusement
repéré ma présence.

Il ne sait pas de quoi il s'agit
mais il est nerveux

et manifeste cette nervosité
en frappant du sabot sur le sol

Au moment du rut,
les animaux affirment leur territoire et chassent tout intrus
de la zone qu'ils revendiquent.

Cette attitude
peut être une mise en garde
vis-à-vis d'un éventuel congénère
avant un affrontement.

 


Au cours d'une sortie,
nous découvrons un arbre lacéré
par les bois d'un cerf.


C'est en septembre et octobre, au moment du brâme
que les cerfs sont les plus visibles.
Non seulement, ils émettent des mugissements la nuit
puis également en journée au plus fort du brâme,
mais ils manifestent leur excitation
en frottant leurs bois contre les arbres
et se vautrent dans la boue
dans ce qu'on appelle une souille.



Comme tout les ruminants,
le cerf passe
une grande partie
de la journéeà chômer.

Cette période d'inactivité
journalière
lui est nécéssaire
à une digestion correcte
de ses aliments.

Cette immobilité durant
de longues heures
lui permet également de rester
invisible pour la très grande majorité des randonneurs
qui passent à proximité.

Vous voudriez vous aussi vivre ce genre d' aventure? Cliquez ici...

Retour galerie